Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

... Qui croient que sans gluten veut dire régime

 

        ... Et perte de poids, tout bio et qui se mettent le doigt dans l'oeil jusqu'à l'omoplate en jugeant un régime vitale par un test à peine valable (même pour un médecin, c'est dire !) sur trois semaines. J'en ai marre de constater jour après jour que ces personnes, au lieu de rendre service aux personnes allergiques, intolérantes ou coeliaques, les décrédibilisent un peu plus aux yeux de la société.

           Que ce soit en suivant un régime plus qu'approximatif, qui une fois lu et vu par des milliers de personnes sur le web leur fait penser que nous, malades, pouvons nous permettre de "racler" une tarte pour sa garniture et laisser la pâte au blé, ou que ce soit en tirant à vue sur ce qu'ils appellent une "mode", ils n'aident pas les pauvres intolérants au gluten Français déjà peu considérés dans ce pays que le nuage de Tchernobyl a dit-on contourné.

         Lorsque l'on voit que tous les pays limitrophes développent à grand coup de pub et de prise de marché dans les magasins le sans gluten et précisent de plus en plus avec attention les "possibilités" de traces d'allergènes, on peut se demander si les gens qui s'emploient ici en France à décrédibiliser le sans gluten ne sont pas rémunérés par nos industries et nos pouvoirs publics (ho certain le font surement en toute bonne foi, croyant en ces grands manitous qui soutiennent des thèses uniquement soutenables en France.)

 

        Il faut peut-être que j'explique pour quelle raison je m'énerve maintenant mais voilà, on pourrait dire qu'une miette de pain à fait déborder le pot de farine ! L'autre jour, je cherche sur internet de nouveaux blogs et de nouvelles infos qui pourrait paraitre sur le sans gluten et voilà sur quoi je tombe : "trois semaines sans gluten, le test" paru en juillet dernier. A première vue, je me suis dit, tient, une bonne idée d'une personne qui va s'y mettre à fond, qui va relater la vraie vie. Bien que son constat que, OUI, la vie n'est pas facile en France pour les personnes devant absolument supprimer le gluten m'a fait "plaisir", tout le reste m'a juste fait rire très très jaune...

        Voilà un rapide décryptage... Tout d'abord, voyons ce que cette personne semblait attendre du régime sans gluten : voir "les bienfaits (ou non) de son éviction [...] et ouvrir le débat". Sincèrement, pour une personne ne souffrant ni d'intolérance, ni de sensibilité au gluten, ni de maladie coeliaque ni d'allergie au gluten, le test des bienfaits pouvait déjà être largement compromis. De plus est (encore) évoqué la perte de poids... Allez savoir pourquoi les gens s'imaginent que cette éviction est faite pour faire perdre une taille ou deux...

         NON, NON, et RE-NON ! Il est fait pour sauver des personnes qui, à cause du gluten, deviennent tellement maigres qu'elles ne peuvent sortir de chez elles sans cinq couches de vêtement ou qui au contraire prennent du poids à cause de ce même gluten ET des mêmes maladies (je précise bien ici que le gluten peut faire prendre ou perdre du poids aux malades, ce qui est souvent oublié). Rien qu'avec cela, il y avait matière à m'agacer.

        Mais j'ai fait des bonds en lisant la suite de son "test". Certaines choses sont vraiment effarantes... D'autres moins flagrantes peuvent passer pour un tout début de régime mais pas pour un test de trois semaines d'éviction pour constater ou non une intolérance car dans ces cas là il faut TOUT enlever, des épices contaminées aux céréales "naturellement sans gluten". Bref, elle ne risquait pas de sentir un changement. Un petit plongeon dans son article vaudra mieux que toute paraphrase mais je tiens tout de même à vous en montrer les travers, histoire qu'un vrai malade passant par là ne soit pas mis en danger par ces allégations.

  

J-1 : (j'emploi son mode de description) premier repas et premières interrogations. Des galettes de maïs au petit déjeuner, mais ne seraient-ce pas des galettes de maïs dites "naturellement sans gluten"... Dans tous les cas, il FAUT en prendre des certifiés sans gluten (et si la personne est très sensible, faire attention aux marques certifiées pas toutes très fiables). 

Pour son fromage frais, était-ce l'une de ces préparations fromagères que l'on peut donner aux enfants ou un de ces fromages à tartiner dont les pubs envahissent nos écrans ? Si oui, une nouvelle fois faire attention aux modes de fabrication (avec quelles lignes de partage pour les préparations) et surtout aux ingrédients, même si il n'y a pas marqué explicitement "blé" (à lire le mémo du gluten évident et caché).

De même, faire très attention aux fruits secs, dont les amandes qu'elle a citées. Il ne faut surtout pas les acheter en vrac et regarder si la marque ne traite pas aussi des céréales à gluten ou toutes autres préparations cuisinées (épices et autres incluses).

  

J-2 : Un traiteur qui fait du sans gluten c'est bien mais un traiteur qui fait du sans gluten ET du "normal" c'est de très mauvaise augure. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que ce traiteur utilisera les mêmes plats, les mêmes ustensiles et les mêmes locaux pour vous préparer votre ration spéciale. Ils ne sont pas non plus rompus aux choix scrupuleux des aliments. Ainsi le petit taboulé de quinoa consommé par notre chère testeuse devait probablement être réalisé avec du quinoa contaminé (pas facile d'en trouver un OK par ici). A rappeler la norme européenne : ne peut  être utilisé la mention "sans gluten" que sur un produit ne contenant pas plus de 20 ppm de gluten, traiteur, boulanger, restaurant COMPRIS.

HEEEE, HAWOWWWW, STOOOP ! Mais qu'est ce que c'est que ça ! " Je farfouille dans mon sac à main et retrouve un goûter oublié de la semaine dernière : des petits palets bretons avec du chocolat. Je me rue sur le chocolat et offre à ma collègue les biscuits à la farine de blé." On ne PEUT PAS juste prendre le chocolat, il y aura FORCEMENT du GLUTEN ! Alors avis à tous, malades comme personnes cotoyant des malades, on ne pourra jamais "juste" manger la sauce où ont trempé des pâtes, "juste" lécher la confiture sur une tartine de pain ou "juste" s'enfiler trois cuillères de muesli au blé trier à la louche ! 

Enfin, le diner au resto... Là encore, mauvaise idée, et même très mauvaise. Tous les restos français non spécialisés (et même ceux spécialisés parfois ne sont pas très scrupuleux) ont du gluten dans leurs cuisines... Cela peut faire bondir certains médecins français qui ne voient aucun inconvénient à ce qu'un malade coeliaque mange trois fois par semaine au resto du coin en prenant une viande grillé sur un grill où cuisent des viandes panées accompagnées de frites surgelées enrobées de gluten mais qui s'affoleraient (à juste raison) au sujet d'une personne consommant d'infimes doses d'arsenic trois fois par semaine... Je pense que vous avez compris le raisonnement.

  

J-3 : (on n'en n'est qu'au trois...) Re-déjeuner au resto, mais cette fois on pousse un peu le bouchon, on va à l'Italien mademoiselle ? La tomate mozza aura sans aucun doute été préparée aux côtés de pâtes à pizza et assaisonnée avec des épices douteux, sans compter les ustensiles surement contaminés au gluten eux aussi.

  

J-4 : Petite leçon pour les pâtes certifiés sans gluten : la cuisson est un art que même les italiens de souche mettent un peu de temps à acquérir et certaines pâtes sans gluten ne sont simplement pas vraiment bonnes , je l'avoue. Une fois un peu de pratique passée, on peut aisément manger de bonnes pâtes sans gluten et même s'en confectionner. (J'ai récemment testé une nouvelle marque de pâte SG extra sûres et exquise)

  

J-5 : Repas sushis, encore une mauvaise idée. La sauce soja qui est dans tout restaurant japonais a vite fait de contaminer votre poisson. Et même si vous prenez un plateau à emporter au supermarché du coin, il est presque sûr qu'il y aura contamination. De même, le riz n'est pas toujours évident à trouver sans contamination croisée (à cause des machines de trie souvent partagées et des chaines d'emballage en commun... avec du blé).

  

J-6 : Arfff... Encore la technique du "je prends le dessus je laisse le dessous". "J’ai bien envie de goûter la tarte à l’aubergine. Je racle la garniture, un délice, et donne à manger le fond de tarte à mon fils." Que dire de plus... Mort de rire ? Pour un allergique en tout cas il ne mourra pas de rire sur celle-là...

A côté de cela, "l'écart" que cette personne fait en conscience en mangeant une glace au cookies le soir même n'est qu'une petite erreur de plus, bizarrement détectée par celle-ci...

  

J-7 : "Bilan de la première semaine. Pas de changement au niveau de ma forme générale, pas de perte de poids notable." Son constat n'est pas étonnant aux vues de ce qui a pût être cité ci-dessus... Et je ne le répéterais jamais assez, arrêter le gluten n'est pas fait pour faire perdre du poids, il en fait même prendre au malade maigre comme des clous voyez-vous !

 

J-8 : L'achat de farines de lupin et de coco  peut sembler une bonne intention mais en France il n'existe pas de farine de lupin certifiée sans gluten et celle de coco sont très peu répandu (ne pas croire les allégations "0% de gluten" ou ne "contient pas de gluten" dans le descriptif du produit car premièrement il ne protège pas d'une contamination et deuxièmement aucun contrôles ne sont appliqués sur le site de production. Ce sont juste des moyens de surfer sur une vague en essayant de toucher le plus de monde quitte à en rendre malade sans souffrir des représailles des instances régulatrices.)

J'ai beaucoup de doutes sur la rebouteuse qui "ôterais le mal" (l'intolérance au gluten). Un malade coeliaque ou intolérant au gluten est malade à vie et de même qu'avant on préconisait une réintroduction au bout de quelques années de régime et que les personnes se retrouvaient multi-pathologique des années plus tard avec des villosités intestinales inexistantes, j'ai quelques interrogations sur le future de cette femme se disant intolérante (était-ce seulement vraiment cela ?).

"Une autre amie, très calée en nutrition et alternatives, m’affirme qu’elle ne croit pas à l’intolérance au gluten. Pour elle, le gluten est un déclencheur mais si les gens réagissent aussi violemment c’est que le reste de leur alimentation n’est pas bon. Il ne faut donc pas évincer le gluten mais revoir toute sa façon de manger". Faux ! Pour preuve, même les personnes les plus "bios", les plus équilibrées au niveau alimentaire et psychique avec un mode vie extrêmement sain avant peuvent devenir coeliaque, allergique ou intolérant au gluten ! (j'ai des preuves)

 

Semaine 2 : Je suis allé sur le site de cette crêperie cité dans son article... Les bonnes intentions ne suffisent pas, une crêpe pur sarrasin cuite après une crêpe sucrée faite avec de la farine de blé sur la même plaque en fonte aura les mêmes effet que le chocolat sans le gâteau ou que la garniture sans la tarte. Sans compter les épices et les garnitures qui peuvent et contiennent surement du gluten.

 

Semaine 3 : Le repas chez la famille en ne parlant pas de la contrainte du gluten et en picorant dans les mêmes plats que les autres donnera encore une fois la même chose. Un plat de tomate cerise où Tatie et le Frangin ont mis leurs mains pleines de résidu de gâteaux apéro enverra à coup sûr un coeliaque ou un intolérant au toilette. Pour les allergiques, cela dépend du seuil mais pour beaucoup cela sera dangereux.

 

        Son bilan en demi-teinte n'a donc rien d'anormal car pour voir une différence au niveau intestinal, il faut avoir un problème à résoudre et/ou suivre un VRAI régime. Seul le constat que la vie n'est pas facile dans un pays dont le pain est l'emblème et pour lequel le conservatisme prime sur les sujets de santé publique m'a paru adapté. La découverte de "nouveaux" aliments l'est moins pour des personnes rodées, mais pour ceux qui changent du tout au tout leurs habitudes de repas à emporter et de plats préparer cela peut effectivement faire un choc. 

 

        Pour conclure je dirais juste que finalement cet article était plutôt gentillet et innocent mais qu'effectivement, j'en avais marre de tout ce que je peux entendre ou voir et qu'il à été la miette de trop. Je voulais tout de même bien mettre au clair que cela n'était pas un régime sans gluten, ni de près ni de loin et qu'un malade le resterais si il le suivait. Bref, un coup de gueule pour tout ce que l'on peut voir d'aberrant, la "mode", le "régime minceur", les marques qui se prétendent "sans gluten", les traiteurs ou restaurant qui se dise faire du "sans gluten" (qui je le rappel est soumis à des NORMES !).

 

 

 

C'est que cela fait bien !

 

      

 

Tag(s) : #Maladie Coeliaque, #Sans Gluten